BLOG

 

Le 13 juin sortira mon nouvel album, "tourne-disque", aux éditions Le Lombard, scénarisé par Zidrou et moi-même.

Les premières esquisses enregistrées sur mon ordinateur datent du 21 septembre 2011 : il m'aura fallu donc deux ans et demi pour réaliser l'album. C'est très long, trop sans doute pour un album lu en une soirée.

Pourquoi un tel temps ? Il y a plusieurs explications. D'abord, je me suis pas mal diversifié ces dernières années : illustration jeunesse, bd de communication, dessin d'architecture, la rubrique dans Tsugi...C'est très intéressant et bénéfique vis à vis de mon dessin, mais cela rogne inévitablement le temps disponible pour l'album.

Seconde raison : je me suis beaucoup investi dans le scénario. Zidrou m'a laissé une grande liberté vis à vis de son script initial, à tel point qu'on pourrait presque parler d'adaptation. La fin de l'album, par exemple : je l'ai entièrement écrite et mise en scène. C'est assez formidable de pouvoir s'approprier un script à ce niveau, et je remercie Zidrou pour sa remarquable ouverture d'esprit et son absence d'orgueil. Mais là aussi, cela prend énormément de temps, l'écriture n'étant pas quelque chose de naturel pour moi.

Dernière raison : j'ai eu un mal de chien à me positionner en tant que dessinateur par rapport au projet. J'ai dessiné les 25 premières pages couleur dans la douleur, avec la sensation persistante de faire fausse route, de faire les mauvais choix de casting, de couleur et de mise en scène. J'ai donc foutu à la poubelle ces 25 maudites pages, pris en main la réécriture de ce qui ne marchait pas, et tout recommencé à zéro.

L'erreur que j'avais faite était d'avoir traité l'ensemble de l'album dans un style humoristique, d'avoir éxagéré les physiques, les attitudes et les situations pour appuyer le comique de certains dialogues. Or, j'ai compris qu'en tant que dessinateur, il faut savoir se reposer sur la teneur humoristique des textes, qu'il ne faut pas forcément en rajouter dans la farce, mais au contraire ne pas hésiter à poser des personnages "sérieux et dignes". Dans l'excellent manga Bakuman, on parle de "comique sérieux", et c'est exactement l'angle que j'ai choisi. 

casting

Le personnage de la case centrale dans ses deux versions. Au départ, j'avais accentué son côté trublion alcoolique, avec Séraphin Lampion en tête. Noeud papillon, mouchoir en poche, couleurs criardes...Mais ce choix d'un physique clownesque faisait rater tout un pan du récit, plus grave et intime. Le personnage a finalement gagné en charisme, et le décalage induit entre son physique sérieux et sa personnalité parfois fantasque fonctionne bien mieux - ce qui ne saute d'ailleurs pas forcément aux yeux sur ce strip.

couverture

PS : l'album sera en dédicace en avant-première au festival de Anzin Saint-Aubin (62).